THE-RAID-2

D'après les veinards qui ont eu la chance de le voir plusieurs mois avant sa sortie, soit dans différents festivals soit par des moyens beaucoup moins légaux, et les spectateurs qui ont vécu son arrivée fracassante en salles, The Raid 2 serait le film de l'année et surpasserait sur tous les plans son déjà glorieux prédécesseur. Tel un Saint Thomas des multiplexes, votre serviteur a donc enfilé son plus beau t-shirt à l'effigie de Bruce Lee et ses chaussons de kung-fu pour se glisser parmi la horde d'amateurs de tatanes asiatiques venus se rassasier auprès de leur nouveau messie, et ainsi vous livrer son verdict sans appel.

Ce verdict, il arrive après 150 minutes de film. 2h30, c'est une durée étonnante pour ce genre de long-métrage, surtout quand on se souvient que le premier volet dépassait à peine l'heure et demie. Mais si The Raid premier du nom réussissait à maintenir presque constamment un rythme de croisière tendu comme un slip et à tenir le spectateur en haleine jusqu'au générique de fin, sa suite n'arrive pas à gérer son running time sans doute bien trop prétentieux. Ambitionnant de nous livrer une fresque mafieuse digne du Parrain, le réalisateur Gareth Evans plonge son héros Rama dans le milieu du grand banditisme indonésien en lui faisant infiltrer un puissant syndicat du crime qu'il va devoir faire tomber de la manière la plus expéditive possible. Un point de départ classique mais néanmoins prometteur vite gâché par des séquences supposées faire avancer l'intrigue mais qui se révèlent plus ennuyeuses les unes que les autres et plombées par des dialogues d'une indigence rare. Après avoir pillé outrageusement le scénario de Dredd pour son premier opus, on a l'impression que le réalisateur et scénariste gallois s'est contenté de sortir son exemplaire du guide des films mafieux pour les nuls pour nous servir un mix des archétypes et des passages obligés des plus grands classiques du genre, le premier volet de l'incontournable trilogie de Coppola en tête. Hommage trop appuyé ou remplissage fainéant ? Peu importe, le résultat est le même : on s'ennuie ! 

Restent les scènes d'action. Si elles ne composent malheureusement pas la majorité du (très) long-métrage, elles ont au moins le mérite de le sauver. Inventives, dynamiques, violentes, culottées et visuellement impressionnantes, elles valent à elles seules l'achat du ticket d'entrée. Ces dans ces moments-là que Gareth Evans dévoile tout son extraordinaire potentiel et le plaisir jubilatoire qu'il semble ressentir lorsqu'il met ses chorégraphies mortelles en scène est carrément contagieux. On décernera d'ailleurs une mention spéciale à la séquence où la jolie bad girl aux lunettes de soleil, sans doute le personnage le plus charismatique du film (Rama étant devenu fade à en pleurer), décime une rame de métro entière à l'aide de ses deux marteaux fétiches et diablement efficaces. Bien évidemment, les scènes de castagne sont loin d'être dénuées de défauts et ont la fâcheuse tendance à presque toutes se résumer à des affrontements en mode 1 contre 1 malgré le nombre parfois outrageusement impressionnant d'assaillants. De même, on aura du mal à avoir peur pour la vie de l'invincible Rama, qui ne semble jamais vraiment en très grand danger là où son sort semblait ne tenir qu'à un fil dans le premier opus. Malgré tout ça, on a rarement (jamais ?) vu ça sur grand écran et les amateurs de baston stylée et de sensations fortes y trouveront largement leur compte.

"Plus long, plus grand et malheureusement pas coupé", tel aurait pu être le sous-titre de The Raid 2 qui n'arrive pas à retrouver le rythme d'enfer et la tension à couper au couteau de son prédécesseur. Handicapé par une intrigue fade et limite soporifique, le film parvient néanmoins à sauver sa peau grâce à ses scènes de baston époustouflantes, judicieusement placées pour tenir le spectateur en éveil, et qui nous donnent envie à elles seules de voir naître au plus vite une suite qui saura rectifier les défauts de cet épisode trop mal équilibré.

 

Verdict : 13/20

 

< The Raid 2 (Titre original : The Raid 2 : Berandal). Un film de Gareth Evans avec Iko Uwais, Tio Pakusodewo, Julie Estelle, Yayan Ruhian et Roy Marten. Sortie française : le 23 juillet 2014.