La Vague

Jour des sorties ciné oblige, le programme télé du mercredi est toujours avare en longs métrages, histoire de pousser les cinéphiles à aller chercher leur bonheur en salles. Heureusemement, vous pouvez toujours compter sur votre serviteur (et sa rubrique qui est enfin de retour) pour trouver LE bon plan qui sauvera votre soirée à la maison.

Ce soir, si vous voulez échapper aux scandales de Morandini, aux nanars de D17 ou aux délires lourdingues de Jamel, Foresti et cie, suivez le guide :

- A 20h50 sur Arte : La VagueUn film de Dennis Gansel avec Jürgen Vogel et Frederick Lau.

Quand un professeur d'allemand aux méthodes peu orthodoxes veut prouver à ses élèves qu'un régime totalitaire pourrait très bien s'installer à nouveau dans l'Allemagne du XXIe siècle, il lance un jeu de rôles à grande échelle qui va très vite échapper à son contrôle et prendre des proportions que nul n'aurait pu imaginer.

Porté par un casting solide, une réalisation sobre mais efficace et un script malin, le film ne tient malheureusement pas toutes ses promesses mais se révèle néanmoins passionnant et glaçant. Enorme succès chez nos voisins allemands (et toujours pas remaké par les Américains, heureusement !), cette Vague vous percutera de plein fouet et sauvera votre soirée télé du naufrage.

 

- A 22h35 sur France 4 : Le Bon, la brute et le truand. Un film de Sergio Leone avec Clint Eastwood, Eli Wallach et Lee Van Cleef.

Est-il encore utile de présenter le dernier (et meilleur ?) volet de la trilogie du dollar du grand Sergio Leone ? Classique parmi les classiques, cette longue épopée de 2h45 met en scène la lutte de trois hors-la-loi qui cherchent à s'emparer d'un trésor de guerre à la valeur inestimable dans l'Ouest ravagé par la guerre de Sécession.

Trois acteurs au sommet de leur art, une musique culitissime du légendaire Ennio Morricone, une réalisation absolument virtusose... Ceux qui ont vu le film un bon millier de fois déjà n'hésiteront pas à repousser un peu l'heure du coucher et ceux qui n'ont encore jamais posé les yeux sur ce chef-d'oeuvre intemporel répareront, j'en suis sûr, cette monumentale erreur.

 

Bonne soirée !